Douleurs menstruelles : que faire contre ça ?

Ce phénomène n’est étranger à aucune femme : les règles et leurs douleurs typiquement reconnaissables qui les accompagnent. Mais d’où viennent au juste ces douleurs ? Pourquoi certaines femmes en souffrent beaucoup plus que d’autres ? Et important aussi : comment rendre ces douleurs plus supportables ?

Le cycle d’un femme qui dure généralement 28 jours, est la conjugaison complexe des hormones. Pendant le cycle, la muqueuse utérine s’épaissit, pour que un éventuel ovule fécondé puisse s’y nicher. Il n’y a pas d’ovule fécondé, alors la femme a ses règles : un saignement mensuel pendant lequel l’utérus se contracte régulièrement, afin d’évacuer la muqueuse et le sang. Ces contractions peuvent causer des crampes douloureuses. Bien que cette douleur soit inoffensive, cela peut être très gênant.

SYMPTÔMES ET MAUX

En général, les douleurs commencent juste avant l’arrivée des règles et durent jusqu’à leur fin. La plupart des femmes ont mal dans le bas ventre mais la douleur peut aussi irradier jusqu’au dos et en haut des jambes. De plus, il y a encore quelques symptômes secondaires qui peuvent survenir :

  • Mal de tête
  • Fatigue
  • Nausée
  • Vomissement
  • Diarrhée
  • Vertige

Beaucoup de femmes indiquent aussi qu’elles se sentent plus facilement tristes ou irritées. La façon dont une femme vit ses menstruations et les maux et douleurs qui vont avec dépend d’une personne à une autre. Ça ne rend pas les choses faciles pour trouver le bon remède. Essayer et trouver la bonne approche pour vous-même est la bonne approche.

QUE PUIS-JE FAIRE?

Il y a plusieurs possibilités pour atténuer soi-même les douleurs menstruelles :

  • Se balader, faire du vélo et bouger : certaines peines s’en sortiront mieux.
  • Se reposer : d’autres femmes préfèrent se reposer.
  • La chaleur : un coussin aux pépins de cerises, un bain chaud ou une bouillotte chaude sur le ventre ou dans le dos peuvent aider.
  • Les massages et exercices de relaxation pour le ventre et le dos : ça fait du bien et ça atténue les douleurs menstruelles.
  • L’orgasme : certaine femmes ont moins mal après un orgasme.
  • Des habitudes alimentaires saines : poisson, légumes, fruit et produits complets au menu et limiter la consommation de café, thé, sucre, sel et alcool peuvent aider.

Mais le moyen le plus connu sont évidemment les calmants. Surtout si les douleurs sont très prononcés et presque insupportable, informez votre médecin ou pharmacien afin de prendre un antidouleur. Les médicaments anti-inflammatoires non-stéroïdiens, comme l’ibuprofène ou le naproxen, sont conseillés dans le cas de douleurs menstruelles. Ce sont les plus efficaces pour ces douleurs spécifiques. Le paracétamol aide aussi mais est moins efficace contre les douleurs de règles. L’aspirine est conseillé car elle diminue les saignements.

Pour certaines femmes, les problèmes menstruelles disparaissent après une grossesse. Il n’y a cependant encore aucune explication à cela.

QUAND DOIS-JE ALLER CHEZ LE MÉDECIN ?

Les douleurs menstruelles disparaissent en général d’elles-mêmes. Dans les cas ci-dessous, il est conseillé de rendre visite à son médecin :

  • Si vous avez du mal à supporter la douleur et malgré vos soins, il n’y a pas d’amélioration.
  • Si vous n’aviez jamais de problèmes lors de vos règles mais que soudainement vous en avez.
  • Si la douleur semble différente que d’accoutumé.

Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Objets du quotidien : les sept principaux nids à microbes

    Lorsqu’on évoque les microbes de la vie quotidienne, la cuvette des toilettes est souvent le premier lieu qui nous vient en tête. On la recouvre avec précaution de plusieurs couches de papier toilette avant de s’y asseoir… mais sachez que d’autres objets courants contiennent en fait bien plus de microbes que la cuvette ! 

    En soi, ce n’est pas forcément la fin du monde. De nombreuses bactéries sont inoffensives voire bonnes pour la santé, par exemple, la flore intestinale qui en contient des milliards.

    Méfiance tout de même : certaines bactéries peuvent vous rendre vraiment malades, comme par exemple la salmonelle, le E.coli et le staphylocoque, qui se trouvent souvent dans les aliments, mais parfois hélas sur des objets de la vie courante. Ils sont invisibles et difficiles à éviter. Vous pouvez tout de même minimiser les risques de contagion, en adoptant quelques gestes préventifs simples.

    Ci-dessous : sept objets qui regorgent de bactéries, et quelques conseils pour réduire les risques.

    1. La planche à découper

    Une planche à découper se recouvre très vite de germes, surtout si elle a servi à découper de la viande ou du poisson cru. Elle pourrait en contenir jusqu’à 200 fois plus qu’une cuvette de toilettes ! Ce sont les petits rainurages causés par le couteau qui abritent potentiellement le plus de bactéries, par exemple, la salmonelle.

    Que faire ? Préférez une planche en bois, d’érable ou de hêtre, plus résistante aux rainurages. Lavez la planche avant et après chaque utilisation, à l’eau chaude et au produit vaisselle. Rincez après utilisation à l’eau chaude et séchez la bien avant de la ranger. Gardez la planche bien polie, pour la protéger face aux entailles.

    2. La brosse à dents

    Dans certaines familles, il est courant de se partager une brosse à dents, alors qu’il s’agit justement de l’un des objets les plus sales de la maison, particulièrement attrayant pour les bactéries E. Coli qui s’y nichent volontiers. De plus, les brosses à dents sont souvent rangées les unes à côté les autres, idéal pour la contamination… C’est d’autant plus vrai si les toilettes se trouvent dans la salle de bains : lors qu’on tire la chasse sans rabattre le couvercle, de nombreuses particules microbiennes sont diffusées dans la pièce et virevoltent dans les airs, puis se posent sur les objets aux alentours !

    Que faire ? Vos brosses à dents doivent être protégées. Rangez-les dans un placard fermé. Évitez les étuis ou couvercles, eux-mêmes des gros nids à bactéries. Ne partagez pas votre brosse à dents avec autrui.

    3. Les produits de maquillage

    De même que pour les brosses à dents, les produits de maquillage sont souvent rangés dans la salle de bains, déjà propice aux germes. Cela peut causer des infections et problèmes cutanés importants, affectant en particulier les zones sensibles comme les yeux.

    Que faire ? Pareil que pour la brosse à dents : on ne partage pas son mascara, ni son rouge à lèvres ! Nettoyez régulièrement vos pinceaux de maquillage à l’aide d’un nettoyant spécial ou avec de l’alcool à 90º.

    4. Le lit

    Votre literie abrite hélas bien plus que les habituels acariens, d’autres bactéries ont également élu domicile dans vos draps, matelas, couette, oreillers. Pas étonnant, puisque chaque nuit, vous imprégnez votre matelas de sueurs chaudes, froides et de cellules mortes.

    Que faire ? Changez vos draps au minimum deux fois par mois, de préférence une fois par semaine. Aérez votre chambre quotidiennement, et faites un grand nettoyage après chaque saison. Le soir, douchez-vous avant de vous glisser sous la couette.

    5. Le téléphone portable

    Votre téléphone portable peut contenir des staphylocoques ou autres bactéries responsables d’intoxication alimentaire. Pas étonnant, puisqu’il est en contact direct avec votre bouche, et sans que vous ne le remarquiez, des microparticules de salive atterrissent sur l’écran. Et comme on pense rarement à nettoyer son smartphone, celui-ci se mue en nid propice au développement de bactéries…

    Que faire ? Nettoyez votre téléphone chaque semaine à l’aide d’un chiffon doux antibactérien. Évitez les produits de nettoyage, qui risquent d’endommager votre écran tactile. N’appliquez jamais de spray directement sur votre téléphone, mais toujours sur un chiffon.

    6. Le clavier d’ordinateur et la souris

    Tout votre bureau, en fait. Et oui : vous y avez éternué, toussé, englouti un repas entre midi et deux. Votre clavier a certainement été touché par un collègue, votre PC a sûrement été réparé par quelqu’un d’extérieur… de plus, 10% des employés avouent ne jamais nettoyer son clavier, et ce chiffre monte à 20% pour la souris.

    Que faire ? Évitez de manger au bureau, privilégiez les déjeuners à la cantine. En effet, les aliments sont LA plus grande cause de contamination. Nettoyez votre clavier et votre souris avec un chiffon légèrement humide, sans produit de nettoyage. Utilisez un aérosol pour enlever les restes d’aliments sous les touches du clavier.

    7. Le sèche-mains

    Vous pensiez que l’air chaud se chargeait de tuer les microbes ? Tout faux, l’air n’est pas assez chaud pour ça ! De plus, en se séchant les mains, de nombreux utilisateurs touchent la grille, au lieu de simplement garder leurs mains dessous.

    Que faire ? Si c’est possible, il vaut mieux se sécher les mains avec des serviettes en papier ou des lingettes jetables. Cela minimise le contact avec les bactéries de vos prédécesseurs.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€

  • Épilation et psoriasis : comment procéder ?

    Le psoriasis, affection dermatologique, peut s'avérer très gênant au quotidien. Des gestes banals, comme le rasage ou l'épilation, deviennent compliqués. Heureusement, ce n'est pas impossible, surtout si on adopte la bonne technique et les bons gestes. Comment procéder tout en protégeant sa peau ?

    Le psoriasis, c'est quoi ?

    Le psoriasis est une maladie bénigne et chronique de la peau, qui peut être très désagréable. La maladie se caractérise par des plaques rouges sur l'épiderme, recouvertes de squames blancs (peaux mortes) plus ou moins importantes. Il existe plusieurs sortes et plusieurs degrés de psoriasis, la forme la plus courante étant celle qui affecte les genoux.

    S'épiler sans soucis

    S'épiler quand on souffre de psoriasis, ce n'est pas évident mais pas impossible non plus. Les bonnes précautions devraient suffire à éviter irritations et séquelles durables :

    On évite les zones recouvertes de plaques de psoriasis. L'épilation au laser est un bon choix, car c'est une technique très ciblée, s'attaquant uniquement à la mélanine contenue dans les poils. Ainsi, on évite tout dommage collatéral, contrairement à d'autres techniques dépilatoires comme les crèmes, dont les composants chimiques peuvent irriter la peau.

    De manière générale, mieux éviter l'épilation à la cire. En plus des dommages mécaniques, cette méthode cause également des irritations liées à la chaleur.

    Vous préférez vous épiler avec un épilateur électrique ? C'est possible, mais non sans risques. Si vous utilisez l'appareil sur une plaque de psoriasis importante, des squames peuvent se former et cela peut abîmer la peau.

    Important : lorsque les plaques de psoriasis sont importantes, les poils finissent par se retrouver sous une couche de squames, et ne posent donc plus de problèmes.

    Par conséquent, lorsque vous rasez des zones saines, procédez avec douceur et prudence. Le psoriasis provoque des démangeaisons dans environ 30 % des cas. Choisissez donc des crèmes apaisantes et des savons doux.

    Précautions à prendre

    • Procédez toujours en douceur.
    • Pendant l'épilation, essayez d'éviter toute blessure, y compris sur les zones saines.
    • N'enlevez jamais vous-même les plaques de psoriasis (ce n'est d'ailleurs pas nécessaire).
    • N'appliquez pas de cire chaude (ou froide) directement sur les zones affectées, sous peine d'aggraver l'affection.
    • Ne repassez jamais plus d'une fois sur la zone à raser.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Fatigué? C’est peut-être dû à votre alimentation

    Il y a plusieurs raisons qui expliquent la fatigue, la plus évidente étant dormir trop ou pas assez. Mais votre alimentation peut aussi être en cause, par exemple quand :

    1. Vous sautez un repas. Ça peut provoquer une chute brutale du taux de sucre dans le sang et donner une sensation de fatigue.
    2. Vous buvez trop de café. Et oui, l’inverse peut être vrai : le boost de caféine du matin que vous utilisez pour lutter contre la fatigue, peut provoquer un coup de pompe dans l’après-midi. Et ainsi retourner vers la caféine…
    3. Vous ne déjeunez pas. C’est et ça reste un repas important pour vous aider à passer la matinée. Pas faim ? Alors prenez quelque chose (de sain) avec vous, comme du yaourt et du muesli pour quand vous aurez faim.
    4. Vous mangez souvent des plats préparés. Trop de graisses, trop de sel, trop de sucres, trop de calories et la plupart du temps, vous ne vous sentez même pas rassasié.
    5. Vous avez constamment envie de sucre. Votre corps a besoin d’énergie et donc il appelle le sucre. Essayez d’introduire plus de protéines (maigres) dans votre alimentation.
    6. Vous « oubliez » de manger des fruits. Les fruits ont deux avantages : les vitamines et ils contiennent aussi beaucoup de sucres. Une façon saine de répondre à votre besoin en énergie !
    7. Vous ne mangez pas de glucides. Les glucides sont l’énergie du corps, vous pouvez éventuellement les diminuer mais il faut en manger au moins un peu (complet ou céréales).
    8. Vous laissez les légumes de côté. Ils contiennent cependant beaucoup de vitamines et minéraux qui aident à lutter contre la fatigue, et peuvent éviter une carence en fer (aussi un facteur de fatigue).
    9. Vous avez des problèmes intestinaux. La constipation (pas assez d’eau ou de fibres) ou la diarrhée (trop de sucres et de graisses) ont un impact énorme sur votre énergie.
    10. Vous ne buvez pas assez d’eau. La déshydratation diminue la concentration, augmente la fatigue et peut aussi provoquer des maux de tête.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Les lentilles : 4 mauvaises habitudes à bannir

    Saviez-vous que presque tous les utilisateurs de lentilles prennent au moins une mauvaise habitude avec le temps ? Du moins, c’est ce qui ressort d’une enquête américaine. Évidemment, notre quotidien agité en est la cause principale. Mais n’oubliez pas qu’un mauvais usage des lentilles n’est jamais sans risque.

    De nombreux utilisateurs souffrent d’yeux secs. Ils démangent, brûlent et piquent terriblement. Bref : c’est très désagréable. Il existe des lentilles en silicone hydrogel qui peuvent prévenir ces désagréments. Mais vous pouvez aussi les éviter simplement en utilisant correctement vos lentilles.

    Car un plus grand danger guette : les infections oculaires, qui peuvent même avoir des dommages permanents. Celles-ci peuvent apparaître lorsque vous n’adoptez pas une hygiène de base avec vos lentilles. En effet, elles deviennent alors un nid à bactéries.

    C’est pourquoi il vaut mieux réfléchir à deux Foix avant de faire l’une des choses suivantes :

    1. Remettre du liquide d’entretien au lieu de le remplacer

    Le liquide peut paraître propre après y avoir conservé vos lentilles pendant une nuit. Mais les apparences sont trompeuses : remplir rapido votre boîte à lentilles avec un peu de liquide est une très mauvaise idée. Vous ne le voyez peut-être pas, mais les micro-organismes sont bel et bien là ! C’est un peu comme faire la vaisselle dans de l’eau sale.

    Remplacez donc chaque fois entièrement le liquide d’entretien. Le matin, videz le liquide d’entretien de votre boîte après avoir mis vos lentilles, rincez-la et laissez-la sécher au cours de la journée.

    2. Porter des lentilles en dormant...

    Vous oubliez peut-être d’enlever vos lentilles avant de vous mettre au lit. Toutefois, ce faisant, vos paupières ne vont pas pouvoir humidifier vos yeux correctement au cours de la nuit. Les lentilles vont en effet absorber toute l’humidité et votre cornée restera couverte. Conséquence : vos yeux vont manquer d’oxygène et seront irrités au matin. Vous devez donc absolument enlever vos lentilles journalières tous les soirs, sans faute !

    Si vous savez que vous risquez de l’oublier, considérez l’achat de lentilles mensuelles, que vous pouvez aussi porter la nuit. Mais vérifiez toujours auprès de notre pharmacien-partenaire que cette solution convient à vos yeux.

    3. ...ou les porter quand vous allez nager.

    Les lentilles sont faites pour bien absorber de l’humidité, afin qu’elles ne durcissent pas et n’abîment pas vos yeux. Cependant, l’eau de la piscine, même avec du chlore, est remplie de bactéries et celles-ci vont s'en donner à coeur joie sur vos lentilles. En outre, vos lentilles vont se coller encore plus près de l’oeil et vous aurez plus de mal à les enlever.

    Pour les mêmes raisons, il vaut donc mieux toujours enlever les lentilles quand vous vous rendez dans un endroit humide. Il n’y a donc pas qu’à la piscine qu’il faut les enlever, mais aussi sous la douche, dans le bain ou dans un sauna.

    4. Ne pas utiliser de maquillage spécial

    On se trompe quand on pense que tous les maquillages sont faits pour les porteurs de lentilles. Au contraire, il est très important quand on porte des lentilles de toujours choisir des produits hypoallergéniques, faits pour les yeux sensibles. Évitez dans tous les cas du maquillage à base d’huile, car celui-ci peut rendre les lentilles grasses.

    Un dernier conseil : n’oubliez pas de toujours enlever vos lentilles avant de vous maquiller ou de vous démaquiller. Ainsi, vos lentilles resteront propres.

    Abonnez-vous à notre newsletter sur pharmaciedesyeux.be & Kenkoo et recevez 15% de réduction sur votre premier achat.